web analytics

juin 18

Paraty : Plages

mapa_novoLa baie de Paraty possède environ 60 plages. Certaines sont accessibles en voiture, mais pour de nombreuses autres l’accès ne peut se faire que par bateau.

Plages situées près du centre de Paraty

Deux plages, situées près du centre historique de Paraty, sont directement accessibles à pied. La première, Praia  do Pontal, est la plage du centre de Paraty. Autrefois chantier naval, c’est maintenant une plage agréable, avec des bars et des installations où l’on peut se restaurer de brochettes de crevettes, poissons frits. C’est de là que partent les voiliers et les bateaux pour les excursions.

La deuxième, Praia do Jabaquara, est la plus grande de la région centrale de Paraty, avec des eaux calmes et la présence constante de vent, propice à la navigation à la voile. À proximité des pousadas et des restaurants assurent le gîte et le couvert.

 

 

Trindade

La Vila de Trindade quartier de Paraty, à environ 10 minutes du centre historique de Paraty, se situe à la frontière entre les États de Rio de Janeiro et São Paulo.

Cette région très calme est caractérisée par une nature préservée. C’est un des rares endroits du Brésil où la Mata Atlântica (massif forestier montagneus typique du littoral brésilien) est encore intacte avec des arbres autochtones, des cascades et une faune abondante. Trindade, au caractère rustique, est donc une destination plus appropriée pour ceux qui priviligient le contact avec la nature. Cependant, des restaurants, des terrains de camping et des pousadas sont dispersés dans le village et sur les plages principales, pour accomoder le touriste.

Les plages do Cepilho (intéressante pour les surfers), da Fora ou dos Ranchos (avec de nombreuses pousadas) et do Meio, sont proches du village. Par contre la plage et la piscine naturelle do Cachadaco nécessite environ une heure de marche, au départ du village, pour s’y rendre.

Piscine naturelle do Cachadaço

Piscine naturelle do Cachadaço

Lien Permanent pour cet article : http://lesbleusario.fr/paraty-plages/

mai 04

La flamme olympique s’approche de Rio

flamme-greceLe cap J-100 pour le début des Jeux Olympiques 2016 à Rio a été dépassé la semaine dernière. La flamme olympique a été allumée à Olympe en Grèce par une prêtresse reproduisant ce geste ancestral, qui établit une liaison entre les Jeux Olympiques de l’Antiquité et ceux de l’ère moderne.

La délégation brésilienne reçoit la flamme olympique

La délégation brésilienne reçoit la flamme olympique

Elle a été remise aux représentants du pays organisateur, le Brésil, et a commencé son périple à travers les villes européennes et brésiliennes, transportée par des milliers de relayeurs jusqu’au mythique stade du Maracanã, où elle sera installée du 5 au 21 août 2016, à l’occasion des Jeux de la XXXIe Olympiade d’été de l’ère moderne, les premiers en Amérique du Sud, les premiers dans un pays lusophone.

La double championne olympique Fabiana Claudino reçoit la flamme olympique à son arrivée au Brésil sous le regard de la présidente Dilma Roussef et de Carlos Nuzman, président du comité JO 2016

La double championne olympique Fabiana Claudino reçoit la flamme olympique à son arrivée au Brésil, sous les regards de la présidente Dilma Roussef et de Carlos Nuzman, président du comité des JO 2016

Étant donné que cette flamme est le symbole le plus important de cet événement, le design de la torche qui la porte rappelle les valeurs que l’olympisme devrait véhiculer et aussi les spécificités culturelles et naturelles du pays qui reçoit les Jeux. La torche olympique 2016 a été soigneusement étudiée pour transmettre ces messages.

Véritable bijou de technologie, elle a été réalisée  à partir d’aluminium recyclé, et ses lignes présentent un mouvement automatique d’ouverture et fermeture lors du passage de chaque relais. L’esprit olympique est évoqué par la maille triangulaire de la texture de la torche, rappelant l’excellence, l’amitié et le respect, et la fluctuation des segments traduit l’effort des athlètes.

Détails du mouvement et de la texture de la torche olympique

Détails du mouvement et de la texture de la torche olympique

Les symboles du pays hôte sont présents par les couleurs du drapeau brésilien, visibles lors de l’ouverture des ondulations de la torche : le jaune évoque le soleil, le vert les montagnes et forêts, le bleu les eaux des rivières et de la mer, et le blanc le trottoir de l’emblématique plage de Copacabana, représentant le sol brésilien.

Détails du design de la flamme olympique 2016

Détails du design de la flamme olympique 2016

Lien Permanent pour cet article : http://lesbleusario.fr/la-flamme-olympique-sapproche-de-rio/

fév 11

Paraty : Centre Historique

Ensemble de maisons coloniales à Paraty

Ensemble de maisons coloniales à Paraty

plan_centre_historiqueBelle ville coloniale, située dans l’État de Rio, Paraty  garde encore aujourd’hui son charme naturel (nombreuses plages  et cascades, alliant mer et montagne) et architectural. Se promener dans le Centre Historique de Paraty, c’est entrer dans une autre époque. Héritage colonial, le pavage des rues – appelé « pé de moleque »* – est très irrégulier imposant au promeneur une certaine vigilance.

Le tracé du Centre Historique a été déterminé par de nombreux facteurs comme : les inondations dues aux marées de pleine lune (ce qui explique la hauteur démesurée des trottoirs), les cultures du café et de la canne à sucre, le port et la présence des pirates, et la franc-maçonnerie. Toutes les rues ont été tracées d’est en ouest et du nord au sud. La construction des habitations était régie par la loi et tout contrevenant était puni d’amendes ou de prison. La franc-maçonnerie a laissé de nombreuses traces de son influence sur les façades des maisons décorées de dessins géométriques en relief.

Le Centre Historique de Paraty, considéré comme « l’ensemble architectural colonial le plus harmonieux » a été inscrit au Patrimoine National Historique et Artistique par l’IPHAN.

Un peu d’histoire

La date de fondation de la ville varie d’un historien à l’autre, selon les évènements et les occupations ponctuelles de l’endroit (1540, 1560, 1600,1606). Ce qui est sûr, c’est la présence, au début du 17ème siècle, en plus des Indiens, d’une population en nombre croissant à cet endroit. Vers 1640, suite à une donation, un noyau de population, appelé Paratii, est transféré là où se trouve aujourd’hui le centre historique de la ville. En 1660, la population florissante se révolte pour être séparée de Angra dos Reis et obtenir le statut de Vila. C’est chose faite, en 1667, date à laquelle est fondée la Vila de Nossa Senhora dos Remédios de Paratii.

Paraty se développe alors grâce à sa position stratégique à l’extrémité de la baie de Ilha Grande. Point final de la « route de l’or », son port devient le deuxième plus important du Brésil colonial.

Au milieu du 18ème siècle, l’or devient rare ce qui entraîne une diminution notable de l’activité de la ville qui perd son importance.

Il faudra attendre le début du 19ème siècle et le cycle du café pour que la ville retrouve, temporairement, sa prospérité.

En 1870, la création une nouvelle voie ferroviaire reliant Rio de Janeiro à São Paulo, en passant par le Vale do Paraiba, va affecter considérablement l’activité économique de Paraty. L’abolition de l’esclavage, en 1888, entraîne un exode considérable de la population puisque de environ 16000 habitants la population de Paraty tombe à environ 600, ajoutant encore à l’isolement de la ville.

Alors que se créé un réseau routier dans tout le Brésil, l’accès à Paraty se fait toujours par voie maritime, en provenance de Angra dos Reis, ou en empruntant, à partir de 1950, la route Paraty-Cunha, impraticable par temps de pluie.

Ce n’est qu’avec l’ouverture de la route Rio-Santos (BR101), dans les années 1980, que Paraty va retrouver son importance en devenant un pôle touristique national et international grâce à son bon état de conservation et à la beauté de son environnement naturel.

Quelques sites à voir dans le Centre Historique (non exhaustif)

Les maisons coloniales de Paraty forment un des ensembles architecturaux les mieux conservés du Brésil. Les églises baroques, les petites boutiques d’artisanat, les ateliers d’artistes, les restaurants et les cafés font du Centre Historique une belle promenade. Mais attention au pavage très irrégulier, composé de pierres extraites des cascades environnantes.

Église Matriz de Nossa Senhora dos Remédios

Matriz de Nossa Senhora dos Remédios

Matriz de Nossa Senhora dos Remédios

En 1646, Dona Maria Jácome de Melo donne un terrain, situé entre les rivières Perequê-Açu et Patitiba, pour l’établissement d’un nouveau noyau de population et la construction d’une chapelle dédiée à Nossa Senhora dos Remédios (Notre Dame des Remèdes). Cette première chapelle est démolie pour laisser la place à une grande église, en pierre et chaux, terminée en 1712. Cette Matriz (Église Principale) possède alors sept autels et deux chapelles internes. En 1787, l’église devient trop petite pour le nombre d’habitants (environ 2700), et des travaux débutent pour construire une nouvelle église près de l’ancienne. Pour des raisons financières cette construction a été interrompue plusieurs fois. La fin des travaux a été financée et administrée grâce à Dona Geralda Maria da Silva, femme très pieuse de Paraty. C’est finalement le 7 septembre 1873 que l’église est ouverte au public.

De style néo-classique, l’église se distingue par sa taille mais aussi par la sobriété de sa décoration. Mais ce qui la distingue encore plus ce sont les tours et le fond de l’édifice inachevés. L’explication serait non seulement le manque de ressources financières et de main d’œuvre esclave, mais surtout le terrain inadapté sur lequel l’église a été bâtie. Celle-ci risquant de pencher dangereusement vers l’avant une fois la construction complétée.

Église Santa Rita

Eglise_Santa_Rita

Eglise Santa Rita

L’ensemble Santa Rita – composé de l’église, d’un espace pour des réunions, d’une sacristie, d’un cimetière et d’un espace aménagé en jardin – a été érigé, en 1722 par la Confrérie de Santa Rita dos Pardos Libertos. La façade de l’église est de style jésuite de l’époque coloniale. Elle présente des pilastres en pierre et un fronton cintré. Les portes sont en bois sculpté, et les fenêtres sont dotées de balcons en fer forgé. Cet ensemble, classé par l’IPHAN en 1952, a bénéficié de travaux de restauration, de 1967 à 1976, et abrite aujourd’hui le Musée d’Art Sacré de Paraty.

 

 

Chafariz do Pedreira

Chafariz do Pedreira

Chafariz do Pedreira

Cette fontaine est située sur le Morro do Forte, l’endroit où a été construit, en 1703, un fort pour défendre la ville contre les pirates. Ce fort a ensuite été renommé Defensor Perpétuo, en 1822, en hommage à l’empereur Dom Pedro I.

Construite en marbre blanc, en 1851, pour alimenter la ville en eau, transportée dans des tubes en pierre taillée, cette fontaine est située à l’entrée du Centre Historique.

 

 

Casa da Cultura de Paraty (Maison de la Culture de Paraty)

casa-da-cultura-de-paraty

Maison de la Culture de Paraty

L’édifice abritant le Maison de la Culture de Paraty a été construit probablement en 1754 (selon les inscriptions sur une porte). Etant donné le nombre important de portes, on suppose que sa première fonction était d’être un entrepôt. Des travaux de restauration et d’agrandissement ont été effectués en 1860 et 1874. L’influence des francs-maçons, qui avaient fondé une loge maçonnique en 1833, est concrétisée par des caractères maçonniques sur la façade.

Cet immeuble a abrité, au cours de son histoire, différents organismes. En 1943 le PAC (Paratyense Atlético Clube) s’y installe. En 1963, l’immeuble est donné au PAC, l’ancien propriétaire, exproprié ayant été indemnisé par la municipalité. En 1973, avec l’accord du PAC, un atelier d’Art, la « Oficina de Arte », s’installe dans une partie de l’immeuble. Aujourd’hui, la Maison de la Culture est un espace public pour des expositions, des cours et divers évènements culturels. Il est le siège de la « Associação Paraty Cultural ».

Autres sites d’intérêt

Petit autel

Petit autel

De nombreux autres sites historiques d’intérêt sont répartis dans le Centre Historique de Paraty : Parmi eux : l’immeuble abritant la mairie (Câmara Municipal), le « Sobrado dos Bonecos », qui se distingue par ses avant-toits constitués de tuiles en porcelaine, et les « Passos da Paixão » qui sont des petits autels aménagés sur des façades, fermés par des portes qui s’ouvrent sur la rue lors de la procession pendant la Semaine Sainte.

 

 

* pé de moleque : pâtisserie plate aux cacahuètes moulues, avec des cacahuètes entières à l’intérieur qui ressortent en surface formant des bosses.

 

Lien Permanent pour cet article : http://lesbleusario.fr/paraty-centre-historique/

Page 1 sur 4012345102030Dernière page »